Editorial

edito

François ESTIVALS
Bénévole de l’ASP Toulouse

L’ETRE BÉNÉVOLE : COMPLEXITÉ, DÉLICATESSE

Complexité ! Car dès le début il est confronté à trouver sa juste place entre ses attentes et une offre de bénévolat d’accompagnement. Comment y voir clair sur le sens de cette démarche volontaire si engageante ?

Délicatesse ! Car il s’agit de peaufiner sa position pour rester dans une offre pour l’autre à l’endroit même où se dessinent des attentes plus ou moins claires pour soi !!

S’engager pour être à disposition et ainsi offrir un espace pour accueillir paroles ou silences.

S’engager sur un chemin d’accueil sans savoir ce que nous allons rencontrer de l’autre et de lui-même.

Accepter de se retrouver confronté à des espaces encore non explorés, inconnus de soi-même.

Avait-il  simplement imaginĂ© qu’au-delĂ  de son aspiration Ă  accompagner il allait ĂŞtre confrontĂ© Ă  des espaces inconnus, l’obligeant Ă  reconsidĂ©rer ses limites, ses opinions, ses possibles?

N’y a-t’il pas en cela une véritable découverte ?

DĂ©couvrir qu’il peut se reconnaĂ®tre juste comme cet ĂŞtre humain disponible volontairement pour cet autre ĂŞtre humain.  Pouvoir lui offrir cet espace libre et respectueux, car sans intention pour lui, et ainsi lui laisser disposer de tout l’espace et de la place qui restent siens.

Ecouter avec une oreille libre, qui ne transforme pas, ne traduit pas, n’interprète pas le propos délivré.

Ne pas quitter la place de celui qui simplement écoute sans avoir de projet pour l’autre.

Accepter de donner de son temps sans recherche ni souci d’efficacité.

Se maintenir à la place de celui qui ne cherche, ni à faire, ni à trouver réponses aux diverses questions soulevées. S’assurer juste de pouvoir soutenir et faire face à ses interrogations. S’effacer au profit de la parole de l’autre.

S’effacer, n’est pas s’absenter.

Partager, à la demande de la personne accompagnée, son intime en restant à sa place car cela ne signifie pas que nous sommes son intime.

Cette juste distance qui pourrait bien libérer l’attention, l’amour.

Juste donner présence, une présence qui donne peut-être sens à elle seule, à celui dont le sens de sa propre existence douloureuse est si bouleversé.

Cela exige d’être authentique, humble, et d’accepter sa propre vulnérabilité pour pouvoir s’en emparer au service de sa disponibilité et ainsi rester simplement et entièrement attentif à la parole qui se délivre et qui délivre peut-être la personne qui se dit ?

Écouter est un acte d’hospitalitĂ©. Comment vais-je me rendre accueillant, hospitalier pour recevoir l’autre tel qu’il est, que je le comprenne ou pas?

Simple et complexe, en tous cas, une relation inévitablement délicate.

Délicate comme le sont les bénévoles dans leur position d’une attention disponible à la personne fragilisée par les diverses épreuves et les divers deuils qu’elle traverse.
La complexité peut ainsi, si elle est bien prise en compte augmenter la richesse, la finesse des soins et des accompagnements.

L’accompagnement, n’est-t-il pas une invitation Ă  aller au-delĂ  de nous-mĂŞmes pour dĂ©couvrir des espaces inconnus de notre propre personne ?

Bien sĂ»r que cela dĂ©range, bien sĂ»r que cela peut-ĂŞtre complexe et dĂ©licat, mais l’association est lĂ  pour soutenir par le biais des groupes de paroles.

Oui, aller Ă  la dĂ©couverte de ce qui pourrait ĂŞtre quelque chose de notre part d’humanitĂ©.